ACTUALITECAVALLYGUEMON

VOICI L’HISTOIRE DU MONT SEGAÏ

Le Mont Segaï est situé dans le Département de Bangolo région du Guemon à l’ouest de la Côte d’Ivoire.

Cette montagne a une histoire particulière.
Autrefois, elle s’appelait  »Bletrou » qui signifie en wê ( la Montagne des lianes appelés Ble).

Les premiers habitants selon l’histoire sont des wê du canton Zarabaon précisément les Kao de l’actuel tribu de Nizinhi dans la sous préfecture de Zou département de Bangolo.
Ils vivaient de la chasse et faisaient des pièges au pied de la Montagne depuis les années 1800.

Un jour, ils constatent que la forêt est visitée par des inconnus qui d’ailleurs volent à plusieurs reprises les animaux pris par leurs pièges.

C’est ainsi qu’ils ce sont organisés en faisant des battus au tour de la Montagne, puis ils découvrent que ce sont les voisins de  »derrière l’eau » qui sont les auteurs de ce vole.

Une bagarre éclate entre eux faisant plusieurs blessés et les voisins pris la fuite.
Une semaine plus tard, pendant la nuit, les  »voisins » rentrent dans le campement et attaquent les habitants endormis, les tues et les jettent dans une petite rivière non loin du campement.

Sauf quelques uns ont pu échappés à cette barbarie et ce sont dirigés dans l’actuel tribu Nizinhi abandonnant la Montagne.

C’est d’ailleurs pourquoi cette rivière s’appelle désormais « Kaowanan » ce qui signifie en Wê, le totem des kao. Elle existe encore et a une couleur rouge comme le sang.

Le  »voisin » après avoir finit sa sale besogne, rejoint sa base en traversant la rivière KO qui a toujours été la frontière naturelle entre les deux peuples.

La Montagne fut abandonnée pendant quelques temps.
Sauf quelques rares chasseurs wê venaient par moment jusqu’à ce que l’information parvienne un jour à un grand guerrier wê du nom sé et ressortissant de la tribu de Guirie et Gbeo dans l’actuel Beoue Zagna commune de Bangolo.

Il décida donc de s’installer au pied du Mont avec sa famille pendant plusieurs années pour veiller à une éventuelle attaque.

Après donc la mort du vaillant Guerrier sé et selon notre coutume  »on ne dit pas qu’un chef ou un guerrier est mort », la population disait donc Ségaï ce qui signifie en wê (Sé le guerrier est tombé).

Après les obsèques, ses parents décident de rejoindre leur base qui est l’actuel village Beoue Zagna. Puis plusieurs autres années passent.

Il faut noté que cette Montagne est situé entre deux tribus, il s’agit de la tribu Djinahon et la tribu Gueo dans le canton Zagna.

Quelques années donc après le décès du chef Guerrier Sé, les habitants de Wongbae de la tribu Djinahon canton Zagna et ceux de Dah ont commencés â fréquenté la Montagne et pour la mémoire du chef Guerrier Sé qui a surveillé pendant plusieurs années ce site, ils donnent le nom Segaï à la Montagne en lieu et place de Bletrou.

Des années plus tard…. comme le chien ne change jamais sa manière de s’assoir, les mêmes méthodes du voisin vont reprendre.

Les attaques se multipliaient contre les Gueo de l’autre côté de la Montagne et d’un côté les habitants de Wongbae.

Les habitants de Wongbae ont étés obligés de faire recours à leurs guerriers Tagahi Maho, Tahavondia et leur neveu Kohou qui était à Kouissra son village pour ne cité que ceux là pour les repoussés définitivement jusqu’à ce jour au fleuve KO.

De même que les Gueo la crise perdure pendant un bon moment et les deux peuples décident de faire la paix.

Après plusieurs échanges menés par le patriarche Pohan Bah de la tribu Gueo, un consensus fut trouvé et la paix est revenue entre les deux peuples.

Le voisin pris donc solennellement l’engagement de ne plus s’attaquer aux wê et de respecter la frontière naturelle qui est la Rivière KO.

En signe de cohésion, certaines femmes de la tribu Gueo ont étés données en mariage aux voisins notamment la grand mère de Tro Gueye, ancien Maire de Logouale et une femme du village Blolae du nom de Zokahe dans la sous préfecture de Logouale a été donnée en mariage à Kohou Zinon le neveu et guerrier de Wongbae.

Les habitants de Wongbae décident donc que Kohou Zinon qui est leur neveu reste définitivement en éclaireur au pied de cette Montagne.

Il y a vécu avec ses femmes y compris celle qui est yacouba et ses enfants pendant plusieurs décennies avant de mourir et être enterré là bas.

A ce jour, les familles Kohou Zinon, Doué, Gaha, Manhi, Gninion, Naya, Teflan, Taha, Maho pour ne citer que ceux là de Wongbae vivent au pied de cette Montagne avec leurs plantations.

Pendant que de l’autre côté vers Dah la famille Die Bognon etc…y ont des plantations aussi.

Les tombes de nos aïeux sont encore visibles au pieds de la Montagne ainsi que les traces des anciennes cases où ils vivaient ainsi que leurs vieux colatiers.

C’est un témoignage vivant.
Voici succinctement la petite histoire de notre Mont Segaï.

Pour conclure, nous avons quelques interrogations.

1/ Peut ont exproprier une population d’un site qu’elle occupe pendant plus de deux cent (200) ans….?
2/ pourquoi l’État ne tiendrait pas compte des frontières coloniales?
3/ Houphouët-Boigny n’a t’il pas dit que la terre appartient à celui qui la met en valeur ?
4/ Quel intérêt l’État a à donné la paternité du Mont Segaï à la commune de Logouale subitement alors que les premières sociétés qui avaient le projet d’exploitation étaient basés à Bangolo ?

Pour mémoire,

~Pourquoi l’équipe de football de Bangolo qui était en deuxième division portait le nom ( Fc Segaï) alors qu’il n’y avait aucun enjeux économique à cette époque?
~ Pourquoi une compagnie de transport des ressortissants de Bangolo faisant la ligne d’Abidjan portait le nom (Transport Segaï) ?
~ Pourquoi un des fils de Bangolo donne le nom Segaï à sa pharmacie à Abidjan ?
~ Pourquoi un des fils de Bangolo donne le nom de son réceptif (Hôtel Segaï)?
Pourquoi… ??
Pourquoi… ??
Pourquoi à l’époque (1980) le gouvernement d’Houphouet Boigny négociait avec les cadres de Bangolo comme Die Bonao, Gbohou Jean Baptist, Woune Bleka, Jean Tailly, Nemet François, Dao Beonaho, Gaye Basile, Oulla Maurice Séraphin, préfet Doue Pascal Fle Benoît pour ne citer que ceux là sur la question de l’exploitation du sous sol du Mont Segaï ?
La ville de Logouale étant un chef lieu de Sous préfecture au même titre que Bangolo.

NB: Nous avons fait ce post juste pour rétablir la vérité et rappeler l’histoire vraie.
Loin de nous l’esprit de la division et de semer la haine entre nos deux peuples.
Je souhaite que les commentaires soit d’ordre constructive et non des attaques de qui que ce soit.
Que Gnonsoa veille sur le peuple Wê.

☆ Ambroise BIONAO natif de Segaïzon.

Share:

Leave a reply