ACTUALITE

CÔTE D’IVOIRE – RÉGION DU CAVALLY / LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ : LE DIAGNOSTIC DES BESOINS DES POPULATIONS AU MENU

Les conflits fonciers à répétition qu’a connus la région du Cavally n’ont fait qu’enfoncer le cloud à la paupérisation dans cette partie de la Côte d’Ivoire. À cet effet, les réelles difficultés du Cavally sont encore pour la plupart ignorées par l’État. 

On en veut pour preuve le pont de la rivière N’ZO en ce moment dans un état de dégradation avancée ,porte d’entrée de la région qui après 58ans d’existence n’a jamais fait partir des priorités des Gouvernants, la ville de Tai alimentée depuis des millénaires par un groupe électrogène . 

C’est en vue donc donc d’interpeller l’Etat de Côte d’Ivoire sur ces faits que les Chefs coutumiers ont décidé d’identifier et recenser les potentiels besoins des populations de la Région du Cavally . À cet effet , le comité de rédaction du livre blanc s’est réuni samedi 26 janvier 2018 dans la localité de Zéaglo pour plancher sur le chronogramme de cette activité. Les travaux qui ont duré 4 heures d’horloge ont donné l’occasion à Joseph Tahouo , Chef de Canton Zeabaon, par ailleurs secrétaire général de la Province d’exposer largement sur les démarches à entreprendre dans le cadre de l’élaboration du document afférent aux problèmes de la Région. 

« Pour écrire le live blanc, il faut connaître les problèmes des populations et non deviner. C’est pour cette raison que nous avons initié le diagnostic global des seize Canton de la Région du Cavally. Ce travail s’articule autour de cinq thèmes de référence dont le peuplement, l’occupation des terres, la contribution des allochtones et allogènes au développement local, la contribution de l’Etat au même développement et les origines des conflits récurrents dans notre région.  » À indiqué le Chef coutumier qui a précisé que la réponse à ces questions constitue le diagnostic. 

La rencontre à également ouvert une lucarne sur la forêt classée de Goin Débé. Là dessus, les Chefs traditionnels disent ne pas comprendre la position de l’Etat de Côte d’Ivoire.

« l’Etat fait deux poids deux mesures sur le problème de Goin Débé, pendant qu’on demande aux occupants illégaux de se faire recenser avant de passer à la phase de déguerpissement, le Gouvernement y construire des centres de santé, des écoles et y affecte des fonctionnaires notamment des enseignants et des infirmiers. Au delà, l’Etat donne la gestion de ce patrimoine à des administrateurs tous corrompus par les clandestins. 

C’est pourquoi nous Chefs traditionnels exprimons notre scepticisme face aux décisions de l’Etat de Côte d’Ivoire sur la situation des forêts classées dans la Région du Cavally. » À confié Joseph Tahouo.

Abondant dans le même sens, Vaha Mondé Jean Baptiste ,Chef de la Province du Cavally à levé un coin de voile sur l’attitude des allochtones et allogènes à l’Ouest de la Côte d’Ivoire. 

« Notre démarche n’est pas contre nos étrangers qui vivent avec nous , mais à ces allogènes et allochtones nous demandons de respecter leurs tuteurs, de faire des concessions allant dans le sens du développement local. » À souhaité le responsable de la Province du Cavally. »

Pour les garants de la tradition, cette démarche participera à la lutte contre la paupérisation des populations.
À noter que la rencontre de Zéaglo ouvre ainsi les activités de l’élaboration du livre blanc que les Chefs traditionnels du Cavally vont soumettre à l’Etat Ivoirien et diffuser à travers le monde entier de sorte que tous soient au même niveau d’information sur la vie des populations autochtones de la région du Cavally. 

Oscar Goué correspondant Wê Radio dans le Cavally

Share:

Leave a reply